Positif

Deux lignes roses. Une plus foncée, tirant vers le fuchsia. Positif

Mélusine porte la main à sa bouche, retenant ce qu’elle ne sait être un rire ou un gargouillement de surprise dans sa bouche.

Elle avait imaginé que le jour où elle apprendrait ce genre de nouvelles, elle pleurerait de joie. Là, elle est juste sous le choc. Elle regarde Loïc. 

— Comment tu te sens ?

— Je sais pas.

Loïc avait pourtant deviné avant elle. Pour lui, tous les signes étaient là. Même le chat était soudain plus câlin avec elle.

— Maintenant, je vais pouvoir t’emmerder tous les jours avec le fait que j’avais raison.

— Tu vas être papa.

À cet instant pile, Mélusine se mit à paniquer. Mille pensées se bousculèrent dans sa tête. 

— Je vais plus pouvoir manger d’œufs sur le plat, ouin ! Faut que je regarde la liste de ce que je peux manger.

— Tu vas devoir arrêter la clope et l’alcool dès aujourd’hui.

Ça, elle sait que ça ne pouvait pas le rendre plus heureux, monsieur sobriété et poumons sains.

Reste à prendre rendez-vous chez un gynécologue pour confirmer. Mais Loïc s’est déjà transformé en papa surprotecteur. Pas qu’il ne le soit déjà constamment avec Mélusine.

Avant de téléphoner, Mélusine répète en chuchotant ce qu’elle doit dire. Elle n’aime pas le téléphone. Elle préfère les SMS. Elle passe déjà son temps à formuler quinze fois les phrases dans sa tête avant de les formuler, même à Loïc. Y a qu’avec le chat qu’elle est spontanée.

— C’est une bonne nouvelle ?

Le ton de la secrétaire est rassurant.

— Oui, c’était juste inattendu.

— Félicitations. À vendredi.

Bon, maintenant, le médecin. 

Mélusine raccroche. Elle retient, continuer son antiépileptique jusqu’au rendez-vous avec le gynécologue. Prendre son antidépresseur un jour sur deux jusque là aussi. Aïe, elle sait qu’elle va aussi devoir arrêter ses injections. Quand Loïc est allé chercher le test de grossesse, il lui a pris de l’ibuprofène aussi. Le pharmacien lui a dit qu’il ne faudrait surtout pas en prendre si le test s’avérait positif. C’est bien sa veine, elle a mal depuis trois jours. 

Au resto en amoureux prévu depuis 2 jours, elle se rend compte qu’elle aurait dû dire de ne pas mettre de salade avec son steak. La serveuse tellement adorable lui dit qu’elle aurait pu lui dire, elle lui aurait fait un légume cuit. Mais au moins elle le saura pour la prochaine que le couple vient. 

L’après-midi, Mélusine a passé son temps sur internet à chercher tout ce qu’elle pouvait trouver sur la grossesse. Elle se demande depuis quand elle est enceinte. Elle est impatiente d’être vendredi. Elle panique à l’idée de tout ce qu’elle a mangé et bu ces dernières semaines. Mauvaise mère avant même la naissance, voilà ce qui lui dévore la tête, à présent. Heureusement que Loïc est là. Ce sera le meilleur des papas. Certain. 


Avant de partir…

Recevoir la newsletter des Écrits Furtifs

Le temps d’une pause, vous prendrez bien une nouvelle?

Tous les 1e jeudis du mois, recevez la newsletter des Écrits Furtifs.

Pour cela, RDV sur la page NEWSLETTER, qui vous redirigera vers le formulaire d’inscription!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :